Sens & Connaissances

Dans notre société où l’approfondissement des connaissances est journalier, ce qui était vrai hier peut être faux demain. D’où la problématique de l’intégration constante des connaissances dans un univers relié, plutôt que de considérer les connaissances comme des chantiers différents. C’est ce qu’internet peut permettre. Sauf qu’il manque encore trois arcanes à ces jeux très particuliers de la connaissance : la validation des sources, l’analyse et la synthèse. Les logiciels de veille existent, mais il leur manque l’ouverture d’esprit ! Cela signifie que les algorithmes ne sont pas correctement pensés. Les logiciels d’analyse et de synthèse existent aussi, mais à ce que nous en avons vu, cela ne marche pas ou très peu par rapport à notre attente très exigeante. En somme, si leurs architectures informatiques et leurs algorithmes étaient pensés « différemment », par une assemblée de six spécialistes complémentaires agissant par plans successifs en entonnoir, très probablement ces nouveaux logiciels pourraient fonctionner correctement. Mais notre cerveau ayant cette capacité algorithmique, pourquoi ne lui apprend-t-on pas à simplement « penser différemment », car tout le problème est là. L’enfant qui naît entre dans l’apprentissage et pense différemment. Nous sommes encore au balbutiement digital. Nos jeunes informaticiens fonctionnent en Blobs. Ils se transmettent leurs connaissances en travaillant ensemble et ils font appel à des experts par type de recherche. C’est aussi ce qui fait que le manque de socle, de fondamentaux, reste permanent, alors qu’ils sont intimement persuadés que les ayant maîtrisés lors de leurs études ou de leurs expériences, ils n’en ont plus besoin. Ils ne se posent donc même plus la question…